• Le blog du SNUEP-FSU Clermont

                         Le blog du SNUEP-FSU Clermont

     SNUEP-FSU Clermont-Fd 

    - Commissaire Technique Académique (élu en  CTA) :                                                                ZAPORA Stéphane 06 85 51 46 79

                         Le blog du SNUEP-FSU Clermont             Mail : stephane.zapora@gmail.com

     

     - Commissaire Paritaire académique :

    TREVISIOL Ugo 06 25  07 66 83 

                         Le blog du SNUEP-FSU Clermont            - Mail : snuep.clermont@gmail.com

     

     

  • Communiqué FSU

    Les Lilas le 16 mai 2018

     

    Rapport sur la fusion des académies

    Dans un rapport publié le 13 mai, l'Inspection générale de l'éducation nationale fait un bilan de la mise en œuvre des régions académiques créées en 2015, dont elle tire la conclusion qu'il est nécessaire d'aller plus loin. Ce rapport préconise d'arriver à l'horizon 2021 à 13 académies métropolitaines dont la carte se superposerait à celle des 13 nouvelles régions, chaque région académique devant élaborer un projet académique de fusion.

    Les précautions des rapporteurs ne masquent pas que l'un des objectifs à terme est de modifier le périmètre de gestion des personnels, en commençant par des "petites régions" comme la Normandie ou les Hauts de France.

    Le rôle de l'administration centrale serait recentré sur le pilotage et la conception et « les recteurs [devraient] voir renforcer leurs compétences en matière de gestion de personnels avec la déconcentration au niveau académique de tous les actes de gestion ». La question du mouvement des personnels du second degré et de leur recrutement est clairement identifiée.

    Le rapport préconise également de réexaminer la carte des circonscriptions du 1er degré, d’expérimenter de nouvelles formes d’organisation territoriale et d’aborder la question du statut des écoles et de leurs directions. Ce ne sera pas sans conséquence sur la gestion des personnels du premier degré qui perdrait l’expertise de proximité.

    Le ministère doit annoncer ses arbitrages pour le début du mois de juin.

    La FSU  intervient pour défendre le modèle académique, contre les fusions envisagées dont elle interroge le sens et la pertinence

    En effet, outre les mutualisations de service et de moyens, et les économies d'échelle ainsi recherchées, cette réorganisation territoriale s'inscrit dans la perspective de donner toujours plus de compétences aux régions pour les inscrire dans le schéma européen. Les inégalités territoriales, l’accompagnement des personnels, les conditions de réussites des élèves sont absentes du rapport. En quoi des académies plus grandes, pouvant atteindre 2 millions d’élèves permettront au système éducatif de mieux remplir son rôle ? 

    La FSU défend que les politiques publiques en matière d’éducation doivent être définies nationalement et les cadres de gestion des personnels rester pilotés concrètement par le ministère.

    Pour la FSU, la régionalisation de l’éducation, à laquelle la rapport conduit, ne peut mener qu’à davantage d’inégalités dans l’accès des jeunes aux qualifications.


  •  
    Le GT de vérif' du barème s'est déroulé hier au Rectorat. Les discussions ont souvent été houleuses mais concernant votre barème et liste de voeux, tout est en ordre : les éventuelles modifications demandées ont toutes été prises en compte et il n'y ni erreur ni anomalie ni amélioration possible.
     
    Les collègues avec des difficultés recevront un mail à part.

    Pour toute question ou détails, nous sommes disponibles!
     
    Prochaine étape : la CAPA de mutation en juin. Nous travaillerons en amont sur l'amélioration des mutations en recalculant tout discipline par discipline.
     
    Bonne fin de semaine
     
    Ugo et Béatrice


  • Allier : 10h 30 : Moulins Place de la Liberté, Vichy Place de la Poste, Montluçon Place Piquand

    Cantal : Aurillac  à 10h30, place des droits de l’Homme

    Haute-Loire :Le Puy en Velay 11h place Cadelade

    Puy de Dôme: place Delille à 10h.30, à Clermont-Ferrand.

     


  • Nous ne reviendrons pas sur le calendrier des mutations , la clôture étant mardi 12h et la remontée des documents officiels ou autres justificatifs vendredi 6 avril.

    Des nouvelles de la Voie Pro et de la Fonction Publique.

    1° Un rapport sur la formation professionnelle scolaire qui met en danger l'avenir de 700 000 lycén. ne.s
    http://snuep-clermont.ek.la/un-rapport-sur-la-formation-professionnelle-scolaire-qui-met-en-danger-a140242082

    L'intersyndicale de la Voie Pro réagit contre le rapport Calvez Marcon

    2° Professeurs de lycée professionnel : des enseignant-es en voie de disparition ? Examens réservés 2018 : 484 postes perdus !
    http://snuep-clermont.ek.la/professeurs-de-lycee-professionnel-des-enseignant-es-en-voie-de-dispar-a140242174

    Le SNUEP-FSU se désole du non recrutement par concours réservés des contractuels de la Voie PRO.

    3°Déclaration de la FSU sur le document d'orientation agent-es FP
    http://snuep-clermont.ek.la/declaration-de-la-fsu-sur-le-document-d-orientation-agent-es-fp-a140631740

    La FSU réagit fortement aux propositions " déplorables " du Gouvernement concernant la Fonction Publique
    http://fsu03.fsu.fr/IMG/pdf/document_de_concertation_.pdf
    et elle ne réagit pas seule:
    http://snuep-clermont.ek.la/fonction-publique-l-intersyndicale-face-a-la-volonte-gouvernementale-a140634254

    4° Stage  le vendredi 27 avril:

    Nous vous proposons un stage sur Clermont avec Bérénice Courtin co-Secrétaire Générale  du SNUEP-FSU .
    Si vous voulez  y participer , veuillez nous confirmer votre venue par retour de mail, au plus tard jeudi 5 avril à
    stephane.zapora@gmail.com

    ou
    snuep.clermont@gmail.com


  • Bougera. Bougera pas. Nouvelle journée de tension entre l'intersyndicale Cftc, Cgc, Cgt, FA, FO, Fsu et Solidaires de la Fonction publique et le gouvernement, représenté par G Darmanin et O Dussopt. En début d'après midi l'intersyndicale annonçait que la ligne rouge était franchie, le nouveau document de base de la négociation n'apportant aucune amélioration par rapport au texte produit avant le 22 mars. Le 29 mars au soir le gouvernement accepte de produire une 3ème version. Evitera t-on un conflit long ? Pas sur.

     

    "Notre désaccord reste tel quel". Tel quel est aussi le nouveau document servant de base aux négociations entre l'Etat et les syndicats Cftc, Cgc, Cgt, FA, FO, Fsu et Solidaires de la Fonction publique présenté aux syndicats le 29 mars. Le gouvernement avait accepté de réécrire ce texte après la manifestation du 22 mars mais sans lui apporter de modifications réelles. "Que ce soit sur l'augmentation du pouvoir d'achat, les créations d'emplois statutaires , la titularisation des précaires, l'égalité professionnelle, l'amélioration des carrières, sur le devenir des missions publiques, la façon dont vous cherchez à avancer relève beaucoup plus du passage en force que de la concertation", écrit l'intersyndicale.

     

    Ce texte réunit tous les points qui opposent le gouvernement aux syndicats. La Fsu les liste. "Le recours accru au contrat...et une révision des périmètres de l’action publique qui du coup se fera forcément à la baisse... Le principe de l’individualisation plutôt que le pari du collectif allant jusqu’à la question du travail au mérite (à l’inverse des négociations récentes qui ont abouti à PPCR) et le plan de départ volontaire. La remise en cause du rôle et des instances que ce soient les CHSCT ou les CAP alors qu’il faudrait au contraire renforcer leurs rôles". La politique gouvernementale est en rupture avec tout ce qui s'est fait ces dernières années. Elle est en opposition ouverte avec les mandats de l'intersyndicale.

     

    Finalement l'épreuve de force est une nouvelle fois reportée, le gouvernement annonçant une nouvelle rédaction du texte de la négociation. L'intersyndicale se réunira le 3 avril pour envisager l'avenir. Mais l'entrée dans un conflit long reste probable.

     

    F Jarraud



  • COMMUNIQUÉ
    Paris, le 26 mars 2018

     

     

    Mis en place par la loi du 12 mars 2012, le dispositif Sauvadet de recrutement réservé aux contractuel×les avait pour ambition de résorber la précarité des enseignant×es. La session 2018 était la dernière année prévue par ce dispositif.

    Le moins que l’on puisse dire est que les résultats s’avèrent catastrophiques ! Pour exemple, sur 695 postes ouverts cette année, seulement 211 ont été pourvus, laissant 7 postes sur 10 vacants. Depuis 2013, au total 2 271 postes sur 5 773 ouverts n’ont pas été pourvus soit près de 2 postes sur 5 ! L’échec de ce dispositif dans l'enseignement professionnel est sans appel !

    Pour le SNUEP-FSU, les conditions d’accès à ce dispositif, trop restrictives, ont écarté un nombre important des contractuel×les de la titularisation. Il faut ajouter à cela un accompagnement bien souvent insuffisant voire quasi inexistant des candidat×es dans la préparation de ce concours.

    Plutôt que de chercher les causes de cette crise de recrutement profonde et durable, nul doute que le gouvernement y voit un levier pour réduire encore le nombre de postes dans l’enseignement professionnel public, déjà amputé cette année de 430 postes aux différents concours.

    Pour le SNUEP-FSU, il devient urgent de mettre en place un groupe de travail sur le recrutement des enseignant×es de la voie professionnelle et de lancer une réflexion sur les pré-recrutements qui permettrait de renouveler le vivier des PLP. Avec plus d’un enseignant×e sur dix non titulaire dans les lycées professionnel, l’urgence est aussi à la mise en place d’un véritable plan de résorption de la précarité via la titularisation.

    Le gouvernement ouvre actuellement des discussions dans la Fonction publique. Les propositions d’ores et déjà avancées révèlent qu'il veut tenter d'imposer le recours au contrat en lieu et place des statuts. Le SNUEP-FSU s'oppose fortement à cette volonté car, au-delà de la protection des personnels, les statuts sont des garanties incontournables pour mettre en œuvre un service public d'Éducation de qualité pour tous les jeunes sur l'ensemble du territoire.