• L'agenda s'affole depuis cette semaine!
    1° Mouvement inter:Un mail spécial est parti jeudi matin.
    Contactez vos commissaires paritaires :

    TREVISIOL Ugo, Commissaire paritaire, PLP lettres-histoire : téléphone 06 25 07 66 83   mail : snuep.clermont@gmail.com

    BOSDEVESY Béatrice, Commissaire paritaire, PLP maths-sciences : téléphone 06 62 25 55 15  mail : snuep.clermont@gmail.com

    http://snuep-clermont.ek.la/mouvement-inter-du-periode-de-connexion-du-jeudi-16-novembre-12-heures-a132646382


    Les documents d'aide à vos mutations sur le blog 8pages + 32 pages
    http://snuep-clermont.ek.la/inter-2018-8-pages-a132648480
    2° CTA LUNDI 20
    Le même jour se tient à Lyon (GT CREFOP avec la Région, documents parvenus hier) à Clermont-FD ( CTA avec le Recteur), la 1ère phase de la rentrée 2018 quant à l'ouverture des sections de la Voie PRO. LA FSU acad et le SNUEP Clermont seront présents ou représentés ds les 2 instances pour défendre le statut scolaire et la VOIE PRO le même jour dans 2 endroits différents!
    Déni de Démocratie sociale!!!!
    NB La FSU AURA a confié le siège de titulaire et de suppléant au CREFOP au SNUEP-FSU!!!!
    3° LE SNUEP-FSU présent dans les médias/ réforme de la Voie Pro : Merci Sigrid! Merci Axel!

    http://snuep-clermont.ek.la/axel-benoist-on-scellera-des-destins-a-15-ans-en-fin-de-college-a132668016
    http://snuep-clermont.ek.la/snuep-fsu-communique-paris-le-14-novembre-2017-la-formation-profession-a132635748

     

    4°Agenda

    Lundi CREFOP Lyon +CTA Clermont-Ferrand
    Vendredi : HMIS 63Merci aux collègues pour leur accueil à Commentry et Gannat ce vendredi et sur Cusset Lundi!!!

    ZAPORA Stéphane Secrétaire Académique du SNUEP-FSU
    Téléphone 06 85 51 46 79 
    Mail : stephane.zapora@gmail.com
    Résultat de recherche d'images pour "snuep clermont"


  • Axel Benoist : " On scellera des destins à 15 ans en fin de collège" 

    Pour Axel Benoist, conseiller national du Snuep Fsu, l'enseignement professionnel arrive à une rupture. Sous la pression des régions, des branches professionnelles et sans intervention de l'Etat, l'enseignement professionnel va être profondément transformé. Non seulement le statut des enseignants pourrait changer, mais ce sont les rêves et les attentes des élèves qui vont s'évanouir. Pour le syndicat ce que prépare le gouvernement c'est bien la fracture entre deux jeunesses.

     

    Dans un communiqué le Snuep dit qu'il est écarté de la concertation sur le bac. C'ets vraiment le cas ?

     

     Le débat actuel sur le bac ne prote pas du tout sur le bac professionnel. On ne sera pas auditionné par M Mathiot. C'est significatif de la volonté gouvernementale de créer deux voies de formation pour les jeunes. En tous cas le bac professionnel n'est plus vu comme une des voies du lycée. C'est une branche à part.

     

    Dans leur idée il y a d'un coté le lycée de l'autre une autre voie où l'apprentissage est la maillon fort. C'est seulement après les décisions sur l'apprentissage que l"on sera reçu.

     

    Le destin des bacheliers professionnels va changer ?

     

    On le sentait venir. Dorénavant dès la sortie du collège les jeuens auront un autre destin. Les passerelles entre les voies vont disparaitre. On scellera des destins à 15 ans en fin de collège. C'est la fin de la culture commune pour tous. Les jeunes des lycées professionnels auront moins de culture générale. Ils auront une formation d'ouvriers exécutants.

     

    Aujourd'hui des dizaines de milliers de bacheliers professionnels continuent après le bac. Ca va changer ?

     

    Plus de 50 000 continuent. On voit bien que 7000 places supplémentaires en BTS ce sera insuffisant. On ne donnera donc plus la possibilité à ce sjeunes de continuer après le bac.

     

    C'est la fin du caractère national des diplômes ?

     

    Nous séparer des bacs généraux et technologiques; mettre en avant l'apprentissage c'est autant d emoyens pour arriver à une régionalisation des diplômes. Les branches professionnelles, les régions se battent pour définir les futurs diplômes. Dans les deux cas le ministère perdra sa capacité à définir les diplômes. On aura de sjeunes ayabnt une formation locale avec un diplôme local. Or moins ces jeunes reçoivent une formation large moins ils pourront trouver du travail à l'avenir. Sur ce plan là la formation va être abaissée.

     

    Etes vous associés aux consultations sur l'apprentissage ?

     

    On y est. Ce ne sont d'ailleurs pas des débats mais des auditions bilatérales. Et on observe une méconnaissance du dossier car il y aussi des échecs en apprentissage. Il y a moins d'échec à l'examen par la voie scolaire.

     

    Que pensez vous du rapprochement entre LP et CFA ?

     

    Accueillir des publics de statut différent c'est aggraver les conditions de travail. Ca crée trop de problèmes de gestion des jeunes sous deux statuts. Ca oblige à avoir plusieurs lois dans la classe car les régimes sont différents entre scolaires et apprentis. Les plannings annuels sont différents ce qui perturbe la progression de tous.

     

    Propos recueillis par François Jarraud




  • Bonjour

     

    Vous trouverez en pièces jointes tous les documents nécessaires à votre mutation  :

     

    période de connexion : 

     
    du jeudi 16 novembre 12 heures au mardi 5 décembre 18 heures

     


    Attention le 6 décembre arrivera dans vos établissements le document de  demande de confirmation de vos mutations à retourner avec toutes les pièces justificatives .

    - En PJ, les journaux du mouvement inter 2018. La partie commune SNUEP SNES SNEP et le 8 pages SNUEP-FSU.
    NB: n'attendez pas les derniers jours pour contacter vos commissaires paritaires, saisir vos vœux  et réunir vos justificatifs .

    • Commissaires Paritaires Académiques (élus du personnel sur l'académie), siégeant en CAPA, GT et spécialistes des questions "corpos" (suivi de carrière, droits statutaires, promotions, mutations INTER/INTRA, textes officiels etc...)

    TREVISIOL Ugo, Commissaire paritaire, PLP lettres-histoire : téléphone 06 25 07 66 83   mail : snuep.clermont@gmail.com

    BOSDEVESY Béatrice, Commissaire paritaire, PLP maths-sciences : téléphone 06 62 25 55 15  mail : snuep.clermont@gmail.com

     
     

     

    Pour la saisie de vos voeux  sur le site académique à l’adresse suivante :

     

    www.ac-clermont.fr/personnels/mutations/
     

    la note de service sur les mouvement 2018 est parue au BO
    http://www.education.gouv.fr/pid285/le-bulletin-officiel.html

    Pour l'ensemble des Documents FSU vous permettant de muter:

    http://snuep.fr/muter-snuep-fsu/


  • COMMUNIQUÉ Paris, le 14 novembre 2017 La formation professionnelle initiale doit rester scolaire et nationale Le gouvernement vient d’ouvrir ce qu'il veut bien appeler des consultations et des concertations à propos de la réforme de l’apprentissage et de la formation professionnelle. Il apparaît d'ores et déjà que, l’enseignement professionnel public se voit de nouveau menacé par les propositions conjointes des Régions de France et des branches professionnelles qui souhaitent obtenir le pilotage et la gouvernance de la formation professionnelle dont l’enseignement professionnel public. Transférer l’ensemble des compétences en matière de formation professionnelle initiale aux régions ou aux branches professionnelles reviendrait à abandonner l’ambition d’une scolarisation commune pour tous les jeunes jusqu'à 18 ans. Ce serait développer des mécanismes strictement utilitaristes et à court terme en réduisant l'offre des formations à celles répondant aux besoins immédiats des entreprises d’un territoire. Soumettre la formation professionnelle des futurs ouvrier-es et salarié-es aux seuls besoins des entreprises locales, c’est remettre en cause la formation pleine et entière que propose l’enseignement professionnel public, où savoirs généraux et professionnels participent d’une acquisition des savoir-faire des métiers, préparent les élèves aux poursuites d’études et à la vie citoyenne. C’est aussi mettre fin à l’unité et au caractère national des diplômes au profit de simples certifications professionnelles, validées par ces fragments de diplômes que sont les blocs de compétences, qui entraveront l’insertion professionnelle et précariseront encore davantage les jeunes sur l’ensemble du territoire. C’est enfin, aussi remettre en cause le statut de fonctionnaire d’État des professeur-es de lycée professionnel. Le projet d’une formation professionnelle pilotée et gérée par les Régions ou par les branches professionnelles est celui d’un service de formation à deux vitesses. Le ministère de l’Éducation nationale, en voulant transformer la voie professionnelle scolaire à l’aune de la réforme de l’apprentissage, entérine cette vision. En dissociant la voie professionnelle de la concertation sur le bac, il va plus loin. Le SNUEP-FSU rappelle son attachement à l’égale dignité des trois voies du lycée (générale, technologique et professionnelle). La formation de l’ensemble des jeunes doit relever des prérogatives de l’état et des ministères chargés de l’éducation. Le SNUEP-FSU combattra ces propositions qui, si elles étaient mises en œuvre, signeraient un recul sans précédent en termes de projet de société, d’égalité et de démocratisation scolaire. Le SNUEP-FSU condamne fermement les projets de fusion entre LP et CFA et dénonce les politiques régionales allant dans ce sens. Le SNUEP-FSU réaffirme que l’apprentissage n’est pas la solution au problème du chômage des jeunes. Face à ces projets de régression sociale, le SNUEP-FSU réaffirme sa détermination à défendre la voie professionnelle initiale sous statut scolaire, seule à même d’articuler l’enseignement d’un métier et celui d’une culture commune émancipatrice.