• - Les collèges et lycées perdront finalement 3.600 postes, le primaire en gagnera près de 2.000

     

    - Les collèges et lycées perdront finalement 3.600 postes, le primaire en gagnera près de 2.000

    Les collèges et lycées perdront finalement 3.600 postes, le primaire en gagnera près de 2.000

     

    Le ministère de l’Éducation nationale a détaillé ce mercredi 19 septembre les modalités de son "rééquilibrage" en faveur de l'école primaire.

    Jean-Michel Blanquer a dévoilé les détails de son plan pour les premier et second degrés en 2019. Ce mercredi 19 septembre, le ministère de l’Éducation nationale a communiqué les modalités du "rééquilibrage" des effectifs qui doit être opéré à la prochaine rentrée, en faveur de l'école primaire. Si le ministre avait annoncé lundi que le nombre de postes d'enseignants diminuerait de 1.800 et que seul les collèges et les lycées seraient concernés, il avait omis de préciser que ces derniers paieraient en fait un plus lourd tribut que cela…

    Au total en effet, les collèges et les lycées perdront 2.600 postes de professeurs ; par ailleurs, 400 postes seront supprimés dans les services administratifs et 600 autres dans les établissements privés du second degré. En tout, 3.600 postes supprimés, donc. En revanche, l'école primaire bénéficiera de 1.800 à 1.900 nouveaux postes, qui seront notamment consacrés au dédoublement des classes de CP et de CE1 pour 300.000 élèves.

    Au bout du compte, en déduisant les postes créés des 3.600 postes supprimés, les effectifs de l’Éducation nationale diminueront donc bien de 1.700 à 1.800 personnes.

    Colère des syndicats du second degré

    Dans les colonnes du Figaro ce lundi, le locataire de la rue de Grenelle justifiait un "rééquilibrage" à venir par le fait que "la France dépense moins que les autres membres de l'OCDE pour son école et davantage pour son collège et surtout son lycée. C'est irrationnel car beaucoup se joue dans les premières années de la scolarité". Un constat qui l'a amené à "confirmer la priorité accordée à l'école primaire, dont une des plus fortes illustrations est l'investissement dans la mesure de dédoublement des classes de CP et CE1".

    Un procédé qui fait bondir le SNES-FSU, premier syndicat du second degré, qui a vertement réagi ce mercredi à l'annonce du détail des opérations. Par communiqué, il déplore que "Jean-Michel Blanquer renoue avec les bonnes vieilles recettes héritées de ses années Sarkozy". Le syndicat dit regretter que les annonces initiales du ministre "cachaient la réalité du nombre de suppressions de postes dans le second degré", une situation qui provoque "sa colère et son incompréhension". Selon lui, ces "coupes" vont "contribuer à une nouvelle dégradation des conditions d'études des élèves et de travail des enseignants".