• LE SNUEP N’A EU DE CESSE DE VOUS ALERTER Le MEDEF remet la main sur l’enseignement professionnel !

    Merci à Nasr et à toute l'équipe du SNUEP-FSU Bordeaux!

     

     

    LE SNUEP N’A EU DE CESSE DE VOUS ALERTER

    Le MEDEF remet la main sur l’enseignement professionnel !

    Nos inquiétudes et alertes étaient toutes fondées : leur « révolution copernicienne » avait bien pour but que le patronat remette la main sur la formation et l’enseignement professionnels, comme une première revanche par rapport à la nationalisation de l’EP en 1959. Car n’oublions pas que l’apprentissage est de la formation initiale. Ce vendredi 9 février est donc très noir pour l’EPP !

    Avant de détailler ci-dessous les annonces de ce 9 février, revenons quelque peu en arrière. Le 16 octobre on vous écrivait :« L’enseignement professionnel public sous statut scolaire est à un tournant de son histoire. Nous sommes tout proches d’être confrontés à un basculement des priorités éducatives dans notre pays, en particulier en ce qui concerne l’éducation des jeunes issus des classes moyennes et populaires. » Le 7 novembre, on poussait un coup de gueule ironique : « Les fauves sont donc lâchés. Pauvres élèves et professeurs de LP, vous n’avez donc pas compris que vous vous fourvoyez ! L’école c’est désuet, c’est dépassé, le prof, c’est has been. Faut être un vrai winner et foncer tête baissée vers le patronat qui vous tend les bras… » Le 14 novembre, on prévoyait que l’ouverture de « négociations » sur la rénovation de l’EPP n’était qu’un leurre de plus pour nous détourner de l’essentiel, ainsi résumé par le ministre Blanquer : « L’enseignement professionnel a vocation à être plus encore une voie de réussite pour de nombreux élèves, mais il souffre d’un manque de lisibilité des diplômes, d’une adéquation imparfaite entre les formations proposées et les attentes du monde économique et d’une articulation trop limitée avec l’apprentissage ». Tiens donc ! Le 28 novembre, on comprenait que l’objectif de l’Education Nationale était de redonner les rênes de l’Enseignement professionnel aux entreprises : « L’apprentissage ouvre des perspectives" en particulier pour l’enseignement professionnel, estime le ministre de l’Éducation nationale, alors que deux concertations s’ouvrent sur ces sujets. » « Il y aura un progrès de l’apprentissage", projette-t-il, "mais aussi un progrès de la présence de stages dans nos établissements, de dimension pratique dans l’expérience des élèves et des professeurs". Ces derniers doivent selon le ministre avoir "une connaissance intime de l’entreprise".  Note aux S1 du 28/11/2017

     

    Et on a continué jour après jour que ce soit au niveau national ou au niveau académique dans nos différentes notes en particulier le 11 janvier en titrant « NON à la destructuration de l’EPP ».On est allé dans des LP en HIS, on a partagé sur les réseaux sociaux en créant #ambitionlyceepro , on a adressé à quasiment tous les PLP notre spécial numéro 200, on a moultes fois sollicité la presse (Blog dans Médiapart le 4 février sous le titre « Pourquoi ce qui se passe est grave », multiples articles dans Le Café pédagogique, Les Carnets RougesToutéduc…), on a mobilisé les 1er et 6 février et pour finir sur cette période, le national a organisé un colloque ce 8 février dont le thème était fondamental : « La formation professionnelle des jeunes : il y a des lycées pour ça ! »  

    La presse spécialisée était présente : « Les syndicats FSU du 2nd degré, SNUEP, SNETAP, SNES et SNEP lancent un appel à la mobilisation "pour l'enseignement professionnel public", à l'issue d'un colloque organisé ce 8 février sur le thème "la formation professionnelle, il y a des lycées pour ça", lesquels relèvent de l'Education nationale ou de l'enseignement agricole. Ces établissements constituent "souvent le dernier rempart pour lutter contre le décrochage scolaire" et ils permettent aux jeunes "d’accéder à un premier niveau de qualification" et à un diplôme. Mais, "une fois de plus", souligne le communiqué, "pour répondre aux exigences des seules organisations patronales, le gouvernement va accentuer les difficultés des établissements publics… » Touteduc 8/2/2018 

    Dans le Café pédagogique du 9 février : « Le 8 février, lors d'un ultime colloque, le Snuep Fsu et le Snetap Fsu se sont livrés à une critique en règle de l'apprentissage. Ils ont eu beau jeu de montrer que l'apprentissage ne s'étend que dans le post bac…Sigrid Girardin, co-secrétaire générale du Snuep, dénonce la refonte du lycée professionnel envisagée pour favoriser l'apprentissage. Et d'abord la réduction à 80 du nombre des bacs professionnels. "On veut faire des secondes indifférenciées pour que les jeunes soient plus murs et opérationnels pour entrer en apprentissage". Pour le Snuep cette déprofessionnalisation est une destruction des enseignements et une source de souffrance pour les enseignants. Le Snuep craint une véritable saignée des lycées professionnels au bénéfice de l'apprentissage. Les CFA viendraient y prendre les meilleurs élèves tout comme le financement pourrait glisser vers les CFA. «On envoie les jeunes vers un système qui se privatise et qui est pris en main par les branches professionnelles. On oublie les objectifs de formation des jeunes. »

    Et dans Les Echos du 8 février : « Pour permettre aux jeunes de se réorienter et de changer de formation, le rapport propose aussi de « recentrer les diplômes professionnels autour de familles de métiers » (socle des métiers de la relation et des services, socle des métiers de l'énergie, etc.) Le sujet risque d'être conflictuel avec le principal syndicat de l'enseignement professionnel, le SNUEP-FSU. »

    Nous avons fait le max pour vous alerter. On ne peut vous cacher que c’est dur de faire réagir car le ver est dans le fruit car l’apprentissage rapporte beaucoup et à beaucoup de monde dans le domaine des décideurs. Qui en parle de ces dangers pour l’avenir de l’enseignement professionnel ??? Néanmoins, on a senti, jour après jour, que la colère montait surtout après les annonces sur la Fonction publique et le rapport Mathiot (il faut tout mettre en parallèle) ! Et en ce 9 février, les annonces qui vont faire parler d’elles. Faudra faire fort pour nous convaincre qu’elles ne vont pas durement impacter nos LP/SEP et EREA et notre service public d’enseignement professionnel !!!

     

     

    - Augmentation de 30 euros de la rémunération des apprentis de 16 à 20 ans ;

    - Mise en place d’une prépa-apprentissage par les CFA pour acquérir prérequis et compétences.

    - Dans les collèges et les lycées, journées obligatoires d’information sur l’apprentissage.

    - Les Campus des métiers seront favorisés et développés pour accroître les passerelles entre CFA et LP ;des UFA seront créés dans tous les LP.

    - Les CFA pourront ouvrir des formations sans l’imprimatur des Régions…donc encore plus concurrentielles avec les LP !

    - Les référentiels d’activité et de compétences des diplômes seront écrits par les professionnels. Les diplômes correspondront ainsi davantage aux besoins en compétences des entreprises…NDLR : très grave pour l’enseignement général et nos citoyens élèves !!!

     

    Et pour boucler la boucle, le ministre de l’éducation nationale s’apprête à annoncer des mesures néfastes sur la voie professionnelle, sans écouter bien sûr les revendications des personnels. On ne vit plus sur la même planète… (Bulletin académique n° 202) !

     

    Faut plus dire, on ne savait pas.

    MAINTENANT, FAUT RESISTER, c’est TOUT !

     

    Le SNUEP mobilisera ses militants et tous ses moyens pour faire face au développement de l’apprentissage et à la marginalisation de la voie professionnelle scolaire.

    Quelques liens sur ce thème :

    Mediapart / Réforme de l’apprentissage : POURQUOI CE QUI SE PASSE EST GRAVE 

    https://blogs.mediapart.fr/nasr-lakhsassi/blog/040218/reforme-de-l-apprentissage-pourquoi-ce-qui-se-passe-est-grave 

    Sur le site du MEN : 20 mesures concrètes pour transformer l’apprentissage en France Information - Jean-Michel Blanque. “Le Premier ministre, Édouard Philippe, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, et Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ont présenté, vendredi 9 février 2018, le projet de transformation de l’apprentissage : 20 mesures concrètes pour transformer l’apprentissage en France.” 

    Dans Les Echos, plusieurs articles :
    Réforme de l’apprentissage : l’orientation, un point de friction majeur par Marie-Christine Corbier. “Les régions veulent être le seul pilote de l’orientation, qu’elles gèrent aujourd’hui avec l’Etat. Un sujet explosif pour le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer.”
    Réforme de l’apprentissage : les mesures clefs par Alain Ruello | Marie-Christine Corbier. “Le Premier ministre va annoncer ce vendredi une vingtaine de mesures pour réformer l’apprentissage. Nombre d’entre elles vont dans le sens des préconisations du rapport Brunet.”
    Hervé Morin : « Il faut que les régions soient les patrons de l’orientation »
    Alain Ruello | Marie-Christine Corbier. “Le président de l’association Régions de France et de la Normandie revendique le pilotage de l’orientation, « clef de voûte » de la réforme de l’apprentissage.”
    Apprentissage : les régions condamnent le projet du gouvernement. “Les réactions ne se sont pas fait attendre après la publication du projet de réforme qui, selon les régions, centralise une compétence qui leur était déléguée.”
     

    Dans Le Monde : Apprentissage : les grands axes de la réforme
    L’apprentissage en France réussira-t-il sa « révolution copernicienne » ? “Le gouvernement dévoile vendredi sa réforme de l’apprentissage. Après la longue dérive qui a mis à mal un système autrefois efficace, une foire d’empoigne oppose Education nationale, entreprises, régions, Etat, déplore Philippe Escande, journaliste au « Monde ».”
     

    Et dans Le FigaroComment le gouvernement veut réformer l’apprentissage. “Après plusieurs mois de négociations avec les partenaires sociaux et les régions, le premier ministre Édouard Philippe dévoile ce vendredi les principales mesures de la réforme de l’apprentissage. Objectif : faire de cette filière une voie d’excellence.”
    Et Le Figaro pointe une mesure importante : L’apprentissage sera ouvert jusqu’à 30 ans.
     

    Côté syndicats, 

    Apprentissage : la CGT boycotte les annonces de Matignon pour ne pas servir "d’alibi".
    Voie professionnelle : Les syndicats FSU et la réforme de l’apprentissage. “Que retiendra Edouard Philippe de la concertation sur l’apprentissage ? Il présente le 9 février les grands axes de la transformation de l’apprentissage, en compagnie de JM Blanquer, M Pénicaud et F Vidal. Le 8 février , les syndicats FSU de la voie professionnelle, le Snuep et le Snetap (enseignement agricole) ont lancé un appel pour défendre la voie professionnelle scolaire. Pour eux, la "valorisation" promise ne résiste pas à l’épreuve des chiffres.”
    Et pour l’UNSA, Apprentissage : des mesures positives pour les Jeunes mais des précisions encore nécessaires
     

    Les attentes des DRH sur la réforme de la formation professionnelle et sur l’apprentissage. “Une enquête menée par l’ANDRH tente de refléter les préoccupations de terrain des responsables des ressources humaines.