• D’autres mesures pour renforcer la voie professionnelle

     

    D’autres mesures pour renforcer la voie professionnelle

     

    Reçu en audience le 14 mars, le SNUEP-FSU a alerté le ministre de l’Éducation nationale sur les dangers que représentent certaines préconisations du rapport Calvez-Marcon si elles devaient être arbitrées. Certaines d'entre-elles risquent de déstabiliser fortement la voie professionnelle scolaire sans améliorer les parcours de réussite des jeunes. Le SNUEP-FSU y voit aussi une instrumentalisation des lycées professionnels pour permettre au gouvernement d'atteindre ses objectifs en matière de développement de l'apprentissage aux niveaux IV et V. D’ores et déjà, les personnels expriment leur profonde inquiétude et dénoncent une partie des préconisations à l'opposé de l’objectif affiché prétendant « revaloriser » la voie professionnelle.

    La volonté d'imposer l'implantation d'UFA dans tous les LP fait aussi peser de graves menaces sur le statut des PLP.

     

    Le SNUEP-FSU a rappelé que la mise en place de secondes à « familles de métiers » impliquera inéluctablement une déprofessionnalisation des formations qui sera préjudiciable à l'insertion des jeunes. La généralisation de cette mesure, qui implique de fait la transformation d'un bac pro en 3 ans en un bac pro en 2 ans, déstructurera complètement certaines filières opérantes dont les savoirs professionnels sont reconnus et où les poursuites d'études sont satisfaisantes. Si elle devait être retenue cette mesure amplifiera les difficultés rencontrées avec le bac GA sur l'ensemble de la voie professionnelle.

    Le SNUEP-FSU s'oppose à la mesure sur les PFMP qui pourraient s'effectuer en seconde dans les établissements et dont l'organisation serait laissée à la discrétion des établissements, pour l’ensemble des classes.

    Le SNUEP-FSU a signalé sa forte inquiétude concernant le choix d'un module « insertion professionnelle » ou « poursuite d'études » en classe de terminale. Il a rappelé que le bac, même professionnel, devait rester le premier grade universitaire et que le choix d'un module plutôt qu'un autre ne devait pas fermer l'accès à une poursuite ou une reprise d'études des jeunes.

     

    Lors de cette audience, le SNUEP-FSU a émis des propositions pour renforcer la voie professionnelle scolaire en se basant sur les revendications exprimées par les personnels.

    La seconde est une classe centrale dans le parcours des jeunes et nécessite des conditions d'études améliorées. Un dédoublement systématique de tous les enseignements permettrait aux personnels de remédier aux nombreuses difficultés concentrées sur cette classe.

    Une révision des programmes est nécessaire, comme une révision de certains référentiels d’activités professionnelles (RAP), pour réintroduire des savoirs généraux et professionnels ambitieux permettant aux jeunes de trouver du sens dans leur formation. Dans ce cadre, les formations proposées et les diplômes professionnels doivent être liés à un métier identifiable et reconnu.

    Certains LP alertent depuis longtemps sur leurs difficultés et se retrouvent parfois dans des situations d'une extrême gravité. Une carte nationale de l'éducation prioritaire doit rapidement être mise en œuvre pour identifier les établissements qui doivent bénéficier de moyens et de mesures supplémentaires pour faire réussir tous les jeunes.

    Les élèves de LP sont des lycéen-nes comme les autres et méritent de bénéficier en terminale d'un enseignement de philosophie, dont les enseignements et les modalités certificatives doivent être adaptés.

     

    Si le ministre déclare régulièrement reconnaitre le travail des professeurs de lycée professionnel, cela doit aussi se traduire sur la fiche de paie. Le SNUEP-FSU a insisté pour que le ministre remédie à la profonde injustice que représente l'exclusion des PLP du système de pondération effectif pour les enseignant·es de lycée général et technologique en charge de classes à examen.

     

    Le SNUEP-FSU continuera de porter la parole des personnels de la voie professionnelle publique sous statut scolaire au long des deux semaines qui nous séparent des arbitrages du ministre. Il revendiquera des mesures ambitieuses pour renforcer la voie professionnelle scolaire, pour améliorer les conditions de travail des personnels et permettre à tous les jeunes d’accéder à un premier niveau de qualification par un diplôme.