• Code du travail, Sécurité sociale, services publics versus Macron/Philippe.

    L’exécutif Macron-Philippe a un programme parfaitement identifiable, ce qui fait que les réunions au sommet avec les confédérations syndicales n’ont strictement rien à voir avec des négociations, comme l’ont estimé tant les représentants CGT que FO lors de l’intersyndicale CGT/FO/FSU/Solidaires/UNL qui s’est tenue à Montluçon ce mardi 13 juin.

    Ce programme est le suivant :

    - faire tout de suite voter par l’Assemblée nationale sa renonciation à légiférer elle-même en matière sociale, au profit d’ordonnances dont la principale, amplifiant la loi El Khomri, permettra de baisser les salaires entreprises par entreprises.
    - supprimer les cotisations sociales Maladie et Chômage au 1° janvier 2018, c’est-à-dire baisser massivement le salaire brut en supprimant l’essentiel de la part salariale mise au pot commun qu’est la Sécu. Une hausse généralisée de la CSG est censée compenser cela, frappant notamment les retraités. Ce serait l’achèvement de ce que Rocard, en créant la CSG, et Juppé, en 1995, avaient commencé : l’étatisation de la Sécu.
    - découpler la valeur du point d’indice entre les fonctions publiques d’Etat, territoriale et hospitalière ; aller vers la suppression de 125 000 postes de fonctionnaires ; réduire fortement les moyens des collectivités locales par la baisse de la taxe d’habitation.

    Tout cela mis bout à bout signifie une réduction massive des salaires, retraites, pensions et allocations chômages et donc des revenus réels de la majeure partie de la population, ce que les baisses de cotisations et d’impôts seraient loin de compenser tout en conduisant à porter atteinte à la santé publique (Sécu) et aux services des collectivités locales, notamment.
    La finalité de ce "choc de compétitivité" est en principe de faire jeu égal avec l’Allemagne dans le concert européen ... ce qui est une autre histoire.

     

     

    La CGT, FO, la FSU, Solidaires et l’UNL réunis le 13 février appellent donc les salariés et la jeunesse à commencer à s’exprimer en se rassemblant jeudi 22 juin à 17h,
    Montluçon Place Piquand,
    - Vichy Quatre chemins,
    - Moulins Place d’Allier.