• Agenda informatif n°21: semaine du 26 février au 2 mars 2018

    Des informations importantes pour cette semaine de rentrée.

    1° Jeudi 1er février Groupe de Travail Ouvertures/fermetures de postes pour la rentrée 2018:

    Jeudi prochain aura lieu le Groupe de Travail Préparatoire au CTA ouvertures/fermetures de postes .Les documents sont  arrivés seulement hier  lundi 26 février à 17h,veuillez me contacter dès aujourd'hui pour demander la création de postes ou argumenter pour en sauver dans vos établissements

    2°AVIS DE TEMPÊTE Un rapport Céline Calvez - Régis Marcon pour fragiliser la voie professionnelle scolaire

     

    Le SNUEP-FSU a pris connaissance du rapport Calvez-Marcon. Il n’en partage pas du tout la finalité qui prône l’excellence de quelques-un·es tout en fragilisant la réussite de tou·tes.

    Quasiment l'ensemble des mesures font des lycées professionnels des « sas » pour préparer les jeunes non pas à un métier mais à entrer en apprentissage.

    C'est une transformation d'ampleur qui est préconisée ici. Elle aura des incidences sur l'ensemble de la voie professionnelle scolaire : modification des parcours, des contenus et des certifications. Davantage qu’avec la réforme de 2009, le fonctionnement de nos lycées s’en trouvera profondément modifié. Le rapport nie la spécificité de l'enseignement professionnel qui aujourd'hui dispense des enseignements généraux et professionnels équilibrés permettant une formation globale des jeunes.

     

    Si les préconisations de ce rapport sont mises en œuvre, elles auront de graves conséquences pour les jeunes et les enseignant·es.

    Avec la mise en place d'une seconde organisée en famille de métiers, les lycéen·nes perdront encore une année de formation en Bac pro. On passerait donc d'un bac pro en 3 ans à un bac pro en 2 ans ! Cela est en complète contradiction avec l'objectif d'améliorer leur insertion professionnelle. Les jeunes ne passeront plus le CAP ou le BEP comme diplôme intermédiaire. Ils obtiendront un baccalauréat moins professionnel qui ne leur permettra pas pour autant d'améliorer leur poursuite d'étude.

    Sous couvert d’innovation pédagogique, les professeur·es de lycée professionnel (PLP) seront contraint·es, comme en 2009, de bricoler des référentiels pour mettre en œuvre ces secondes mais aussi les expérimentations imposées, ou encore les périodes de formation en milieu professionnel différentiées en fonction des diplômes préparés et des niveaux de classes. Les disciplines d'enseignement général seront sommées de répondre au seul objectif de développer quelques compétences sociales. Les modifications proposées en termes de certification auront immanquablement des conséquences néfastes en termes de conditions de travail.

     

    Le SNUEP-FSU dénonce les bases sur lesquelles ce rapport a été construit. Celui-ci répond aux exigences des organisations patronales plutôt que de proposer des dispositifs pour améliorer et sécuriser le parcours des élèves. Les mêmes causes auront les mêmes effets : c'est une véritable dévalorisation de la voie professionnelle qui est en marche.

     

    Le SNUEP-FSU participera aux concertations pour porter un projet alternatif.

    Pour le SNUEP-FSU, il y a urgence à développer et conforter le modèle de l'enseignement professionnel public en y dédiant les moyens. Il faut améliorer la réussite des jeunes en leur permettant de suivre le cursus de formation jusqu'à l'obtention du diplôme. Il faut aussi enfin revaloriser les salaires et conditions de travail des PLP qui s'engagent au quotidien pour la réussite de tou·tes ces jeunes.

    Le rapport:

    http://cache.media.education.gouv.fr/file/Fevrier/29/5/Rapport_Voie_professionnelle_2018_901295.pdf

    3°Sigrid Gérardin : Une réforme qui adapte le lycée professionnel à la priorité donnée à l'apprentissage 

    "Le ministre dit que c'est un vent de renouveau qui souffle sur le lycée professionnel. C'est plutôt un avis de tempête".  Interrogée par le Café pédagogique, Sigrid Gérardin, co secrétaire générale du Snuep Fsu, analyse la réforme du lycée professionnel. Elle y voit une soumission du lycée professionnel à la promotion de l'apprentissage. "Aucune des mesures envisagées par le rapport Calvez Marcon ne permettra de revaloriser la voie professionnelle".

     

    Pour vous le rapport Calvez Marcon adapte le lycée professionnel à la  promotion de l'apprentissage. Pourtant il est peu question d'apprentissage dans ce rapport...

     

    Tout est en filigrane. Par exemple ils prétendent que les secondes indifférenciées permettent un droit à l'erreur. Mais si on veut vraiment agir la dessus il faudrait commencer par permettre aux jeunes de suivre la filière de leur choix. Quand un jeune s'inscrit dans la voie professionnelle c'est parce qu'il a une idée de métier et pas de famille de métier. En mettant en place des secondes indifférenciées par famille de métier on ne fait que décourager les jeunes attirés par un métier.

     

    Dans cette seconde la période de formation en entreprise serait remplacée par une découverte de l'entreprise . C'est rapprocher le temps scolaire des apprentis et des élèves des LP.

     

    En fait la réforme veut faire de la seconde une sorte de sas préparant ces jeunes à l'entreprise. On est déjà passé du bac pro en 4 ans à celui en 3 ans et là on déprofessionnalise encore plus. On passe carrément au bac professionnel en deux ans. Cette déprofessionnalisation est en contradiction avec l'objectif annoncé d'insertion professionnelle.

     

    La réforme est favorable à la réduction du nombre des spécialités. Qu'en pensez vous ?

     

    En quoi il y  aurait-il trop de spécialités ? Sur quoi cette idée se base -t-elle ? Je remarque juste la contradiction entre cette décision et celle qui veut donner la main aux branches professionnelles. Si on les écoutait on aurait vite un diplôme par métier...

     

    La réforme recommande le mixage des publics. Qu'en pensez vous ?

     

    Il y a bien une volonté de mixer les publics. En fait les entreprises n'engagent pas d'apprentis très jeunes. La seconde indifférenciée leur permettra de choisir les meilleurs élèves des LP qui auront eu une première initiation à l'entreprise. Le LP fera le tri, envoyant les meilleurs en apprentissage et gardant les autres dans la voie scolaire.

     

    La réforme prévoit des modules en terminale : au choix insertion professionnelle ou poursuite d'études. Qu'en dites vous ?

     

    Là on est très en colère. On essaiera de faire échouer cette mesure. Car ça veut dire une pré détermination dès la première. On tient à la double finalité du bac professionnel alors que la réforme ne l'assume pas jusqu'au diplôme.

     

    Propos recueillis par François Jarraud

    4° Vendredi 2 février 14h: CAEN( Région, Recteur, OS...)

    5°: De nouveaux recteurs : changements à Clermont-Ferrand et Lyon!

    http://snuep-clermont.ek.la/valse-des-recteurs-mercredi-dernier-en-conseil-des-ministres-a137166170

    Bonne semaine à toutes et tous.
     
     

    Stéphane ZAPORA 06.85.51.46.79